Outils pour utilisateurs

Outils du site


philo:spinozisme

Spinozisme

L'idée fondamentale c'est que l'homme est aussi déterminé que n'importe quel autre objet physique naturel du monde. C'est une réfutation du libre arbitre. Nous sommes conscient de nous, mais nous ne sommes pas conscient de ce qui nous détermine.

Exemple

J'agonise pendant des années, mais finalement, j'ai choisi - je veux être médecin. Je crois avoir avoir choisi. Cependant, toutes les causes qui m'ont déterminé à vouloir être médecin, je les ai rencontré et intériorisées très concrètement avant mon choix dans mon environnement. Mon “moi” est un assemblage construit à partir de stimulis extérieur sur lesquels je n'ai aucun contrôle depuis le début - et mon approche “originale et librement choisie” de l'environnement aujourd'hui est le résultat de celles d'hier. En quoi est-ce que c'était un choix libre, car tout me menait là ? Est-ce que le seul fait que le cerveau soit trop complexe pour être facilement prévisible rend mes choix “hors déterminisme” ? Pourquoi ? D'autant que nos choix ne sont pas si hautement imprévisible que ça - les mentalistes (par leur suggestions) et la sociologues (par des études de population) peuvent faire des projections absolument bluffantes d'exactitude sur nos choix libres. Notre libre arbitre, s'il existe, est donc prévisible.

La meilleur illustration de cette absence de choix je pense, est d'utiliser l'histoire et la morale. Beaucoup de gens sont convaincus qu'ils ont “choisi” de ne pas être xénophobes ou machiste ; ils s'imaginent je crois, avoir été libre de ne pas être des méchants (contrairement à d'autres - qui méritent d'être punis, torturés, tués). - Maintenant, comment expliquent-ils que cette posture librement choisie majoritaire aujourd'hui était totalement minoritaire il y a un siècle, par leur grands-parents ? Peuvent-ils soutenir qu'ils auraient cru ce qu'ils pensaient s'ils étaient né un siècle en arrière ? Mon explication : ils ne sont pas libre de choisir, parce qu'ils sont conditionnés par leur environnement. Ils ne sont pas hors de leur environnement, ils en font partie, et ils l'ont intériorisé, comme tout le monde.

Se croire libre, c'est ignorer qu'on vient de quelque part. Se savoir déterminé, par contre, permet de voir ses chaînes, de savoir qu'on a été déterminé à vouloir certaines choses et à… Faire au mieux pour satisfaire ses désires ! Au final ça ne change rien - sauf peut-être d'être moins dur sur les “méchants qui ne font/pensent pas comme moi” : ils ont juste eu un autre environnement que moi, et je suis part de leur environnement : je peux les changer. Ça permet aussi de dédramatiser ses convictions : je n'ai pas choisi mes convictions donc je ne devrai pas dénigrer ceux qui n'ont pas eu “la chance” (ou pas) de baigner dedans.

philo/spinozisme.txt · Dernière modification: 2021/03/01 22:12 de Otyugh