Outils pour utilisateurs

Outils du site


vanity:bio

Biographie

L'exercice de vanité par excellence~

Honnêtement je vous en veux pas de fuir ce texte - je lis pas la biographie des autres. Parce que c'est super chiant. Cela dit faut avouer que c'est un exercice de bilan sur sa vie assez riche, de voir ce qui nous a marqué, ce qui est “digne” d'un pagraphe dans sa vie.

Je pensais honnêtement que l'exercice serait vite fait sous forme de liste. Puis je me suis vu faire un pavé interminable sur ma première (et dernière à ce jour) lettre d'amour. …Ok. Pas sûr que ça intéresse grand monde - sauf mes parents.

@parents et @entourage : une fois que je suis mort, ok. Mais faites-moi plaisir : ne lisez pas avant. Au moins faites comme si vous ne l'aviez pas lu. Un peu de pudeur siouplé.

Tribut à l'ami Belvar et qui avait un portable pourri au lycée, sans quoi j'aurai un grand trou. <3

Petite enfance

Mes parents pour faire vite, c'est le profil animateur/prof, gentiment gaucho, le courant “retour à la terre”, et engagé pour la sauvegarde de la langue bretonne. Ils ont acheté une ferme délabrée (il y poussait une arbre) qu'ils ont remis en état - et y décident de fonder une famille.

C'est là que je naît (1992), deux ans après ma soeur, et deux ans avant mon frère. J'ai pas grand souvenir de cette période.

Si j'en crois les parents, j'étais le genre enfant calme (comparé aux deux autres). Si je cite maman : “je suis né presque sans douleur suite à une blague et à un éclat de rire”. Teh mythe !

L'école - n'enfant sage

J'étais l'enfant calme, honnête, et partageur - et le chouchou, à priori - vu que cette description est celle que j'ai entendu de ma mère !

Si j'en crois un de mes profs, j'étais spécialement à fond sur les maths - j'étais en Freinet sur mon CE2-CM2 on pouvait choisir ses exos, et je me souviens avoir été à fond sur la partie maths.

Paraît aussi que je pétais rarement les plombs, mais quand je le faisais ça pétait fort - j'ai ce souvenir de casser une fenêtre d'un coup de poings, ou de rendre folle d'inquiétude ma grand-mère en me cachant avec succès des heures alors qu'elle devait m'amener à l'école (fallait vérifier sous les tables aussi !).

J'ai souvenir qu'en groupe d'amis j'étais la caution blague ; pas très bon à prendre le spotlight mais j'arrivais à placer une blague par-ci par là - et finalement… J'ai gardé la posture plus tard.

J'étais myope - mais personne ne s'en est aperçu avant le milieu de ma 6ème - pas même moi. Je pensais juste “avoir une mauvaise vue” et m'étais adapté en prenant les places devant, en allant voir de près lors de pauses, ou en copiant sur un ami. Apparemment j'ai dû réussir à tricher aux contrôles médicaux - mais je n'en ai pas vraiment souvenir : je crois qu'en plissant très fort les yeux ou en me faisant un peu pleurer (en serrant très fort les yeux) j'arrivais à voir quelques instants plus loin - et ça marche en fait.

J'avais des soucis assez sérieux à mon oreille gauche : otites à répétition, acouphènes… J'ai passé des semaines à l'hopital pour une greffe de tympan (14 points de sutures et une belle cicatrice au toucher, mais qu'on voit peu). L'opération a réglé les otites, mais je m'en sors avec des acouphènes à vie et une plus faible audition. Dire que je pensais avoir passé le pire ! (spoiler : nope)

À l'école, on jouait :

  • aux billes
  • avec des vélos orange flambant neuf qui ont jamais vraiment servi
  • un tobbogan
  • des pneus (j'ai… cassé une vitre de l'école avec - mauvais souvenirs)
  • gameboy (cartouche rouge et mario)
  • au jeu de cartes Pokémon - dont personne ne comprenait vraiment les règles mais on inventait bien T_T
  • et principalement des jeux à base de balle - voir simplement courrir dans tous les sens

Niveau “retour à la terre” mes parents on construit un poulailer et amené deux poules naines (Gwenn et Du) qui n'ont jamais habitées le poulailler autrement que pour pondre. Elles dormaient dans une branche basse d'un chêne (en escladant le tronc en courant dessus tout en battant des ailes).

Mon père était très enthousiaste quant à la naissance de l'informatique pour tous et d'Internet. Très tôt j'ai eu accès à mon propre ordinateur (les iMacs G3 sous Os9) et à des jeux vidéos (Total Annihilation, Starcraft, Myst 1-2, Star Wars Racer, Warcraft 1-2). J'ai un très bon souvenir de jouer avec mon papa là-dessus, je pense que c'est une expérience assez atypique et que je ne mesurai pas ma chance !

J'ai un vague souvenir d'une soirée où seul (mes parents éme laissaient parfois seul à la maison) - je jouais à la Promenade des Shadoks et à un moment, je suis tombé sur un “Game Over” où je casse la fusée, et tous les shadocks pleurent. Ils m'ont retrouvé le soir en train de pleurer “j'ai cassé le jeu !”. Traumatisé !

Collège - j'étais content quand c'était fini

Période collège j'étais plutôt perçu ado renfermé, rat de biblio, et surtout associal. C'est aussi le début de mes adoptions de lunettes - parce qu'en effet, j'étais en fait super-archi-mega-myope.

Socialement la transition avec l'école a été dur pour moi - le seul ami qui m'avait suivi de l'école se fait rapidement de nouveaux amis - et pas moi. Très vite je deviens un poids pour lui, et perd son soutien - s'ensuit 2-3 longues années de “Rémi sans amis”.

Pour éviter le regard des autres, je me suis plongé dans les livres et les forums et - quand c'était pas possible, j'étais au Ping Pong - une des rares activités où il n'était pas nécessaire d'avoir d'amis pour jouer ; il y avait un tournante et tout le monde jouait sans poser de questions. C'est le genre de période où ma seule crainte dans la vie c'était : “attirer l'attention d'autres enfants”, et le pire dur pire - les enfants choisissent tour à tour un membre de leur équipe“. Bien entendu j'étais le dernier systématiquement. Avec le recul je trouve ça assez incroyable - ça n'a pas dû ariver plus d'une poignée de fois, mais c'était déchirant T_T

Vu qu'il fallait remplir tout ce temps à ne pas socialiser - je *lisais*. C'est ma périodes des grandes séries de fantasy : l'Assassin Royal, les Chroniques du Krondor, l'Épée de Vérité…

Aussi, dès que j'avais accès à un ordinateur il FALLAIT que j'y aille. J'ai commencé par un forum de jeux vidéos où ça blablatait - notament à l'époque je n'avait que Baldur's Gate II SOA à la bouche. De fil en aiguille je me suis fait mes premiers amis qui m'ont emportés sur le forum d'Euhlain qui a été ma béquille de soutien jusqu'à une bonne partie du lycée. J'ai eu l'occasion de parler à des adultes comme à des pairs, et c'était très gratifiant. J'y étais réputé pour être un “polémiste en chef”, à sauter sur le premier débat venu ; mais bizarrement, ils m'ont supporté, et très bien supportés.

Tout ayant un fin, deux personnes ont graduellement commencé à oser m'aborder amicalement (ou c'était moi ?). Ça a été très graduel, mais à terme je craignais moins les récrées désormais. Il m'arrivait même de les attendre.

Un des sujets principaux avec ces amis était :

  • Jeu de Rôle papier - que j'avais découvert sur les forums
  • Les romans fantasy - on les commentai peu, mais c'était un truc commun ~
  • les saga mp3 - Naheulbeuk et RDA
  • Warcraft 3 - je me souviens qu'on m'avait prêté la boite avec le code déjà utilisé sur la boite ; on était totalement en pirataaaage !
  • World of Warcraft - dans lequel je suis rentré à reculons parce que je trouvais ça trop cher. Après des années à en entendre parler tous les jours. J'ai finalement cédé et profité des vacances de ma 3ème et j'ai joué comme un damné. - Et je regrette pas du tout, c'était magique. - Sans parler du fait que ça a cimenté des amitiés avec qui je joue encore à ce jour ! Plus à WoW bien entendu (bien qu'on ait récidivé après le bac sur des serveurs privés ~).

Hors collège, j'ai ce souvenir notable d'avoir fait exploser une bombe dans le jardin - qui consistait à un mélange de sucre, de soude, et d'une herbicide dans un tuyeau de cuivre. J'étais un des “suiveur du groupe”, pas l'instigateur, mais on s'est tous bien fait engueuler (et on a eu très peur - l'explosion n'était pas prévue, c'était sensé être du “fumigène”). Un des enfants à même eu des sutures (un bout d'éclat du tuyeau).

Lycée - heyhey, une vie sociale maintenant ?

Période lycée, j'étais perçu comme geek et un peu à l'ouest ou un peu couillon… J'ai beaucoup joué sur l'autodérision, n'ayant pas une grande estime en moi, ce genre d'humour venait tout seul.

Socialement ça a plutôt mal commencé - j'ai un peu reproduit le schéma de mon entré au collège - j'étais ultra sur la défensive et collait l'ami qui m'avait suivi du collège. Je le suivais partout comme un chien de manchon… Cependant, les gens étaient plus mature (?) et prêt à me donner une chance surtout, et sans que je le sache, un jour, je n'étais soudainement plus en “insécurité sociale” - je trouvais facilement des gens à qui parler - et petit à petit je me suis désaliéné.

Passage amusant, entre la seconde et la première, la prof de français à insisté que j'étais un littéraire passionné - de fait avec tous les bouquins que je lisais ! Mais j'ai fini en “Scientifique” - pour la raison ultra-classique de “mes notes sont assez bonnes et ça ouvre plus de voies plus tard”. N'empêche que ça m'a fait très plaisir vu qu'un de mes rêves inavouées de l'époque, c'est d'écrire des histoires.

En vrac au lycée : j'ai programmé sur des TI-82 (je suivai un peu un ami, qu'était carrément meilleur que moi), et un club wiki, dormi en cours (j'ai jamais pu corriger mon rythme de sommeil, même en internat), discuté tous les matins en bouffant un croissant à 1€, fait un peu de canne de combat, marché en comptant mes pas en shadock (Ga, Bu, Zo, Meu, GaGa, GaBu, GaZo…), fait beaucoup de tricheuliades et de points Godwins…

Premier coup de foudre d'une fille de ma classe. C'est arrivé quand j'ai vu cette petite personne (elle est petite) “élève parfaite” démolir l'argumentaire d'un type un peu vantard. Ça ma donnait l'impression de voir une héroïne de légende et. Paf. C'était devenue une personne “brillante au firmament” qui m'émouvait rien que de voir ou d'entendre parler. Après des mois j'ai même envoyé une déclaration d'amour ! Pas vraiment du style classique. Ça faisait quelque chose comme “Je crois que je suis totalement amoureux - et ce message vient parce que je suis totalement obsédé par la possibilité que ça soit mutuel - c'est improbable mais je m'en voudrais tellement qu'on se rate ! Cela dit, si n'est pas le cas, ne t'en fais pas. Honnêtement je suis plus qu'heureux d'être amoureux. J'ai même les pétoches d'une relation je ne pense pas être assez mature pour ça ! Merci d'exister, et j'espère que je suis pas trop creepy…”. Elle m'a répondu de manière très sympa (quoique ça contenait la brutale vérité “mais on se connaît pas vraiment”), et a même tenté de m'approcher plusieurs fois par la suite. J'ai fui à chaque fois. Eeeet c'était ma première expérience d'amour. L'Aventure !

J'y cotoie quelqu'un sur internet “Arcalys” : un développeur web plus âgé qui des projets assez ambitieux qualitativement qui voudrait créer une communauté autour du jeu de rôle par forum. Ses initiatives tendent à foirer (pas d'adhésion), mais je reconnais la qualité de ce qu'il fait - et ça nous rend assez proche (soirées à discuter longuement). Il se trouve qu'il a aussi un côté élitiste - et moi étant plutôt du style à me rabaisser, je le prend un peu comme une menace future, et je finis par m'éloigner de lui en craignant de prendre des coups plus tard en étant pas à son niveau. ….Avec le recul, je pense qu'il voulait juste m'impressionner et que j'étais trop peureux. ^^'

Cette période s'est donc achevée sur un Bac où j'ai révisé maladivement dans la douche le soir pour ne pas déranger mon camarade de chambre. Il se trouve que je l'ai passé haut la main mais que je flippais grave quand même à l'idée de redoubler (la peur, un moteur éprouvé pour tenir des gens en ligne).

Pourquoi avoir fait des études d'informatique plus tard ? Parce que je savais pas quoi faire, et je passais déjà mon temps devant un écran. Probablement. Le côté IUT a été choisi parce que les écoles d'ingé j'étais contre par principe (élitisme), mais que j'étais pas confiant dans mes capacité d'auto-discipline pour la fac. Résultat par défaut : IUT.

DUT informatique - sortie du convent Diwan

On y mangeait beaucoup-beaucoup de pizza au self et il y avait un soda par repas aussi. J'ai mon petit succès quand la populace aperçoit ma compétence à couper la pizza avec le tranchant de ma fourchette (tradition hérité du père).

J'y découvre qu'on vouvoie les profs en France. Ça me choque, et apparemment ça choque la classe aussi. Les cours sont très irréguliers. Certains profs étaient mauvais à Diwan aussi, mais là, certains cours sont carrément à côté de la plaque.

  • Communication : la prof n'était sans doute jamais allé sur internet. On fait des résumé de livres et de films ?
  • Réseau : on ne comprend pas ce que dit le prof. Il utilise du Perl dans ses TPs - langage qu'on n'a jamais appris, freesyle !
  • Algo : on va VRAIMENT passer 2/3 du temps à utiliser un langage qui n'existe pas - on sait jamais ça aurait pu servir à un truc ! Pour rien arranger en amphi, la “maître de compétence” chuchotte dans l'amphi en total bordel. Ok. Dodo.

Je retire de cette période un profond ennui dans les 2/3 des cours - et un peu de bash - mais mes collocs de ma première année étaient marrant la première année. Aqua-Cannabis dès le matin, fêtes 1-3 fois par semaine, bières vides partout. Cannabis poussant dans le placard. Ils vivaient vraiment sur une autre planète, faisant des jeux vidéos à niveau coméptitif à LoL. La forme cliché de la vie étudiante - qui n'a pas durée ; ils n'ont pas eu leur année, et j'ai passé la seconde à m'ennuyer encore plus sans eux (d'ailleurs on a perdu contact. Tsah.).

C'est une époque où je joue beaucoup à “Starcraft 2” le soir. Beaucoup, beaucoup. Je n'ai pas un très bon rythme de sommeil, et il m'arrive de m'endormir dans la bibliothèque à même le sol (j'avais trouvé une rangée dans le fond où personne n'allait).

Pour la fin de deuxième année j'ai eu un coup de “ZYVAAA” en allant faire un stage d'entreprise d'un mois au Canada (Québec) - je voulais voir des Caribous ! …Et à la place je me suis fait chier comme un rat à mort parce que j'étais claqué en retour de boulot tous les soirs. Si c'était à refaire, j'aurai posé un lapin à l'entreprise la dernière semaine !

Quand j'avais enfin mon DUT en poche, la première chose que j'ai fait, c'est aller au Hellfest - j'étais bénévole pour ranger à la fin et donc l'entrée était gratuite. Je me suis bien éclaté… Sauf que le dernier jour ma tente s'est fait piller (coup de cutter dedans, affaire sans-dessus-dessous). En rétrospective c'était amusant : il y avait tous mes anciens cours que je ramenais de mon dernier jour d'IUT, et les voleurs avaient absolument tout remué partout. Bye bye cours inutiles que j'osais pas jeter !

Fac d'informatique : dernière perte d'illusions sur l'école

Recherche : maraîcher

Recherche : dépanneur informatique

Aujourd'hui

vanity/bio.txt · Dernière modification: 2021/03/02 02:59 de Otyugh